Considérant

Le 61 vous convie, mardi 6 mai 2014 à 19h, à la présentation du livre collectif « Considérant qu’il est plausible que de tels événements puissent à nouveau survenir » et du film éponyme de Sébastien Thiéry.
Discussion, projection, dédicace.

« Considérant qu’il est plausible que de tels événements puissent à nouveau survenir – Sur l’art municipal de détruire un bidonville » (Post-éditions, 2014)
Textes réunis et présentés par Sébastien Thiéry
Textes de Jean-Christophe Bailly, Étienne Balibar, Stéphane Bérard, Chloé Bodart, Patrick Bouchain, Robert Cantarella, Charlotte Cauwer, Julien Choppin, Hélène Cixous, Gilles Clément, Margot Crayssac, Jean-Paul Curnier, François Cusset, Nicola Delon, Jac Fol, Jean-Michel Frodon, Didier Galas, Édith Hallauer, Cyrille Hanappe, Loïc Julienne, Isabelle Lassignardie, Franck Leibovici, Ronan Letourneur, Francis Marmande, Béatrice Mésini, Marina Nicusor, Olivier Quintyn, Strachinaru Ramona, Valérie de Saint-Do, Merril Sinéus, Michel Surya, Sébastien Thiéry, Aude Tincelin, Jean Torrent.

« Le 29 mars dernier, le Maire de Ris-Orangis signait l’Arrêté municipal n° 2013/147 qui allait faire se précipiter trois jours plus tard les pelleteuses sur le bidonville dit de la « Nationale 7 ».  Le 14 mars, soit moins d’un an plus tard, nous publions « Considérant qu’il est plausible que de tels événements puissent à nouveau survenir – Sur l’art municipal de détruire un bidonville », ouvrage dans lequel est reproduit cet arrêté.
Ainsi s’agit-il de donner ce texte de 8 pages à lire, à scruter, à comprendre autant que faire se peut, exercice démocratique fondamental puisqu’il s’agit de saisir ce qui s’énonce en notre nom. Tel exercice nécessite, par définition, culture de la plurivocité en opposition à ce que ce texte porte de sens unique. Nous avons alors adressé cet Arrêté municipal à trente auteurs en leur proposant de le « traduire » dans leur propre langue.
Philosophes, architectes, poètes, artistes, traducteurs, et autres metteurs en scène brisent l’édifice, le mettent en pièce en l’ouvrant à une prise multiple, joyeuse, rageuse, sensible, ou encore clinique. Ce texte a priori conçu pour ne pas être lu nous apparaît, à la force des 320 pages qui composent cet ouvrage manifeste, comme un monument de notre misère politique contemporaine, condensé de tous nos abandons. Telle lecture doit produire alors comme un appel à toutes les ripostes non seulement possibles mais nécessaires. »

Le film éponyme réalisé par Sébastien Thiéry se présente comme une énième contribution à cette lecture exploratoire de l’Arrêté municipal n° 2013/147 : durant 28 minutes, le comédien Yves-Noël Genod scande les « considérant » de ce texte délirant sur les images de l’action constructive conduite entre décembre 2012 et avril 2013.

 

2014.05.06 Sébastien Thiéry Considérant 61