Sylvain Cathala trio

Le 61 vous convie, jeudi 2 octobre 2014 à 20h, au concert jazz du trio Sylvain Cathala, Pierre Durand et Frank Vaillant.

Sylvain Cathala – saxophone ténor, composition
Pierre Durand – guitare, composition
Frank Vaillant – batterie, composition

Lorsque l’on évoque un trio sans basse rassemblant saxophone, guitare et batterie, deux groupes emblématiques font référence : Paul Motian / Bill Frisell / Joe Lovano d’une part et Tim Berne / Marc Ducret / Tom Rainey d’autre part. Il est malaisé pour des musiciens de jouer dans ce type de trio sans se réclamer de l’un ou de l’autre. Cet écueil est évité avec une étonnante facilité par Sylvain Cathala, Pierre Durand et Frank Vaillant. L’originalité et la force de cette formation s’expliquent par leur parcours individuel. Tous les trois ont des univers musicaux différents et leurs influences respectives sont pleinement assumées.
Le disque « Live au Sunset » a été diffusé sur de nombreuses radios en France et à l’étranger (France Musique, Cambridge105FM, Radio Libertaire, FPP, W3, RCV,  Radio G !, Judaic…).

« Une synthèse astucieuse (…) Solos renversants d’efficacité (…) Une sensualité actuelle, urbaine (…) Une force stimulatrice (…)  Musique brûlante, urgente, parfois même obsédante. » (CitizenJazz)
« Ca vous mord et vous dévore (..) Ca vibre, vrombit férocement. » Le Jarsjasejazz
« Superpositions quasi hallucinogènes (…) Accroché sans interruption (…) Moments  tous plus fascinants les uns que les autres. » Jazzcolours
« Une pulsation puissante (…) Sax envoûtant aux couleurs d’un Est européen indéfini, contrechant quasi oriental à la guitare (…) Mélange subtile de mélodie et de liberté (…) Quasi obsessionnel (…) Un jazz très actuel mêlant les influences sans complexe (…) Ce trio inhabituel a trouvé un son propre, des couleurs originales, qui accrochent l’attention. » Jazzaparis.canalblog
« Approche instinctive et chaleureuse (…) Energie communicative (…) Tutoie le rock sans pour autant s’en contenter. » Franpisunship
« Un voyage interstellaire du genre décapant » Lejarsjasejazz
« J’aime particulièrement le climat suspendu apporté sans transition (…) Accents Hendrixiens (…) Foisonnement des textures sonores. » Jazzmagazine

2014.10.02 Sylvain Cathala 61